Beaucoup de couples ont des problèmes d’infertilité mais beaucoup de solutions peuvent leur être proposées comme l’insémination artificielle, la FIV (Fécondation In Vitro) ou encore le don d’ovocytes.

Comment se passe cette dernière méthode ?

Quelles sont les différentes étapes du don d’ovocytes ?

A qui s’adresse t-il ?

Le don d’ovocytes : c’est pour qui ?

Autorisé en 1994 en France, le don d’ovocytes est un acte gratuit, anonyme et volontaire.

En 2009, 190 enfants sont nés grâce à un don d’ovocytes. En 2009, il y a eu 328 donneuses et il y avait 1 673 couples en attente d’un don, ce qui fait que l’attente varie de 6 à 60 mois selon les centres.

Les dons sont rares car peu de personnes connaissent ce don et aussi car ces dons sont contraignants pour la donneuse.

On peut raccourcir les délais d’attente en se faisant accompagner par une donneuse, ce don ne sera pas pour soi car il doit rester anonyme.

Le don d’ovocytes s’adresse aux couples dont la femme n’a pas d’ovocytes naturellement comme lors d’une ménopause précoce, ou si on lui a enlevé les ovaires, ou encore parce qu’elle a des anomalies au niveau des ovocytes.

Il s’adresse également aux couples porteurs d’une maladie génétique grave.

La receveuse doit être en âge de procréer et elle doit avoir un bon état de santé et un utérus lui permettant de mener à bien une grossesse.

La donneuse, quant à elle, doit avoir moins de 37 ans et avoir déjà des enfants.

Comment se déroule le don d’ovocytes ?

Le médecin du centre spécialisé prescrit un bilan médical complet et plusieurs examens pour la femme et pour son conjoint.

Il est également là pour répondre à toutes les questions du couple et pour les informer des critères pour la PMA (Procréation Médicalement Assistée) avec don d’ovocytes.

Le rendez-vous suivant permettra de faire le point sur les examens effectués et donc de confirmer ou non l’accord pour procéder au don d’ovocytes.

Le couple doit donner son accord sur les conditions de la filiation dans le cadre d’une conception avec tiers donneur en rencontrant un notaire ou un juge aux affaires familiales.

La receveuse reçoit un traitement pour préparer son utérus à recevoir le ou les embryons issus de la FIV classique ou de la FIV ICSI (Injection de Spermatozoïdes Intra-Cytoplasmique) avec le sperme du conjoint et des ovocytes donnés.

Si la fécondation réussie, la receveuse vient au centre spécialisé pour le transfert d’embryons. S’il reste des embryons, ils peuvent être congelés pour une deuxième FIV si la première échoue ou pour un deuxième enfant.

Tout au long du parcours de la PMA, le couple est suivi par une équipe pluridisciplinaire avec notamment des psychologues car toutes ces étapes sont longues et difficiles pour le couple.


Tagged with: